Comment tout a commencé

L’histoire de la brasserie remonte à 1784. A cette époque, la Flandre comptait des centaines de brasseries domestiques qui brassaient de la bière pour leur propre consommation. Ceci constituait une activité annexe en plus de leurs activités agricoles, car il était plus sain de boire de la bière que de l’eau ! A Ertvelde, un certain Jean Baptiste De Bruin fonde “DE PEER”, fait du brassage de la bière une activité principale et commercialise ladite bière. De Bruin se marie avec Angelina Petronella Schelfaut qui, après sa mort, continue le brassage de la bière. Celle-ci lègue à sa mort la brasserie à son cousin, Jozef Schelfaut, qui l’avait assisté pendant de nombreuses années au sein de la brasserie et qui maîtrisait parfaitement le brassage. Sa fille Margriet se marie à son tour

avec Paul Van Steenberge, un professeur en microbiologie à l’école gantoise des brasseurs. Après la Première Guerre mondiale, il prend la direction de la brasserie.

En 1919, il change le nom de la brasserie en “BRASSERIE BIOS”, référant au lancement de la bière du même nom. Il était bourgmestre d’Ertvelde et siégea au sénat. N’étant pas souvent présent dans la brasserie, il était un véritable homme d’affaires. Grâce à son passé de professeur en microbiologie à l’école supérieure technique de Delft, où il a collaboré avec un élève de Louis Pasteur, il savait de quoi il parlait. Il a lancé plusieurs bières à succès comme Bios Vlaamse Bourgogne (oud bruin) et Leutebock (pils). Il a investi dans une nouvelle salle de brassage, de nouveaux réservoirs, et est passé des fûts en bois aux bouteilles en verre. Son flair commercial dépassant sa passion de brasseur, il décide de s’allier à une coopérative lorsque bon nombre de brasseries se retrouvent en difficulté pour cause de guerre. De cette façon, il a pu économiser de l’argent et partagé ses connaissances avec d’autres brasseurs. Ce qui est aujourd’hui impensable…

Mais cela, son épouse Margriet, s’occupant essentiellement de l’éducation de leur fils Jozef Van Steenberge né en 1914, ne pouvait pas l’accepter. Son père lui avait légué la brasserie et pour elle s’allier à une coopérative équivalait à une vente :‘je suis née brasseur et je mourrai brasseur, expliquait-elle à tout le monde. Heureusement qu’elle a tenu tête et que son fils était également passionné par le brassage. Après le décès de son père en 1962, Jozef Van Steenberge prend le relais. Il oriente la brasserie de nouveau vers la production de bières de qualité de haute fermentation. La propre malterie et la production de houblon créées par Jozef Schelfaut disparaissent et sont remplacées par une politique d’achat de matières premières fondée sur des cahiers de charges intransigeants en matière de qualité. Ce n’est qu’en atteignant l’âge de 64 ans que Jozef Van Steenberge commence à s’occuper uniquement de la brasserie, et ce après une carrière politique en tant que bourgmestre et de sénateur, comme son père. Ce ne qu’à ce moment-là que la brasserie commence à brasser des bières spéciales de haute fermentation avec une seconde fermentation. C’est aussi à cette époque, en 1978, que la brasserie acquiert la recette de la bière brassée par les Pères Augustins dans leur monastère à Gand. Elle est ensuite mise au point à Ertvelde et, en 1982, la bière “Augustijn” est mise sur le marché. Aussitôt le succès est tonitruant et, jusqu’à ce jour, elle reste le fleuron de la brasserie. Les autres bières de haute fermentation Piraat et Gulden Draak viennent compléter la gamme déjà si riche. Ce qui se révèle être un coup de génie plusieurs années plus tard. Au début des années ’80, le marché des bières spéciales possédant un pourcentage d’alcool élevé était assez limité. Depuis l’année 2000, l’on distingue clairement une tendance dans le secteur de la bière au niveau mondial : la demande en matière de bière pils se réduit d’année en année au profit des bières de dégustation au goût riche et complexe. Jozef Van Steenberge avait prévu cela d’une manière ou d’une autre. Grâce à la focalisation sur ces bières, la brasserie a pu survivre et se développer, et est prête pour les générations futures prenant la relève.. En 1990, la direction de la brasserie passe à Paul Van Steenberge, le fils de Jozef. Celui-ci investi dans une nouvelle salle de brassage entièrement commandée par ordinateur, une nouvelle chaîne de remplissage de fûts informatisée, une propre station d’épuration des eaux usagées et un système de génération de vapeur au gaz naturel. La saturation prévue du marché intérieur a fortement stimulé la prospection visant à trouver de nouveaux marchés à l’étranger.
En 1998, Jef Versele, le neveu de Paul Van Steenberge – la 7ème génération – vient prêter main forte à la famille de brasseurs. Grâce à ses efforts, l’exportation de la gamme attrayante de bières à haute fermentation a augmenté de 60%. Surtout vers les pays comme les Etats-Unis, les Pays-Bas et l’Italie.

Afin de réaliser les ambitieux plans de la brasserie, la gamme Augustijn a été enrichie en 2009 par l’Augustijn Brune. Le lancement de cette nouvelle bière était le moment idéal pour restyler et remettre au goût du jour l’Augustijn Blonde et l’Augustijn Grand Cru. Parallèlement à ce lancement, nous continuons à développer de nouvelles bières, de nouvelles présentations et à optimiser jour après jour les processus d’entreprise tout en garantissant une qualité constante.